­

Notre campagne de financement vue par le Courrier Picard

Le coup de pouce citoyen propulse les start-up du Noyonnais

Les campagnes de financement participatif ont permis à deux petites entreprises de lancer des concepts novateurs dans l’habitat écologique et la dégustation de vins.

Une nuit pour deux personnes dans le prototype du studio en matériaux renouvelables d’Acroterre, au bord des étangs de Pimprez, contre un don d’au moins 150 euros à cette petite entreprise de Lassigny : la formule pousse des internautes à ouvrir leur porte-monnaie, sur le site internet de la plateforme Boost in Oise. Déjà 29 anonymes ont apporté des sommes allant de 10 à 500 euros, pour cette campagne de financement participatif – le fameux crowdfunding – ouverte jusqu’au 26 novembre.

Comme ceux d’Acroterre, les patrons de start-up sont de plus en plus nombreux à tenter le « don contre don » pour financer leurs projets : « Sept appels sont en cours, et nous allons en lancer cinq autres d’ici la fin de l’année », annonce Philippe Marchand, le directeur du service création d’entreprise à la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de l’Oise, qui avait lancé Boost in Oise en février 2016.

L’idée d’Hervé Piault, l’un des deux cogérants à la tête des cinq salariés d’Acroterre, est toute tracée : il veut pouvoir investir dans du mailing, des vidéos professionnelles et des stands au sein de salons pour propulser les ventes de Natura, ce mini-logement à l’ossature et au bardage de bois à poser clé en main dans son jardin. Une telle innovation ‘‘made in Oise’’ n’était pas passée inaperçue, au printemps, mais la première commande reste à signer. « Plutôt que de faire appel à un banquier, nous avons préféré partager le projet avec le grand public. Forcément, ce ne sera pas le même lien : les donateurs suivront l’évolution de Natura, donneront leur avis , confie le dirigeant. L’entreprise a déjà investi plus de 50 000 euros pour faire le prototype. On attend beaucoup du retour des gens ».
Comme un feuilleton

Et puisque le plafond (3 000 euros) de ce coup d’essai est aujourd’hui dépassé (3 440 euros apportés), l’équipe d’Acroterre espère passer la vitesse supérieure : « Nous envisageons de proposer aux particuliers une participation au capital de l’entreprise. Cette levée de fonds permettrait de mettre en place un réseau national de commerciaux ».

Sous la cathédrale de Noyon, Noël Samson, gérant du bar à vins Les Ange-Vins, depuis octobre 2016, n’en est pas là : les 7 500 euros obtenus grâce à Boost in Oise – ce commerçant souhaitait récolter 3 500 euros au départ, contre des denrées – l’ont plus modestement aidé à acheter un conservateur à vins et du mobilier. Mais si la jeune entreprise compte aujourd’hui quatre salariés, dont deux à temps plein, c’est grâce à ce coup de pouce : « Ça a permis d’alléger notre emprunt. Nous ne sommes pas encore à notre altitude de croisière, mais on s’en approche », assure le passionné d’œnologie.

Son fils de 31 ans, Nicolas, employé de la maison, avait mis son grain de sel dans la campagne de crowdfunding : « Sur notre page Facebook, les gens voyaient l’avancée des travaux. Ça a aidé : c’était comme un petit feuilleton ».

Stéphane Le Barber

Voir l’article original

Par |novembre 14th, 2017|Actualités, Presse|Pas d'avis

Lancement de la gamme de studios de jardin Natura

Accédez au communiqué de presse complet et diffusez la bonne nouvelle !

Télécharger au format pdf

Par |mars 22nd, 2017|Presse|Pas d'avis
Voir plus d'articles